Rituels et maternité

Fotolia 91570383 l

Je vis en Guyane Française.

Ce département est riche de diversité multiculturelle.

Nous y trouvons des populations d'origine chinoise, hmong, javanaise, indienne, créole, brésilienne, espagnole, africaines, haitienne, france métropolitaine, d'amérique du sud, des descendants d'origine noirs marron, et bien sûr les amérindiens pour n'en citer quelques uns.

Un vrai melting pot!!

Les rites de maternité et de naissances propres à chaque ethnie, culture sont donc intéressantes à connaître.

En fait, les coutumes des ethnies, ont pour but la préservation de la santé de la mère et du foetus.

Listons quelques uns de rites de "protection" :

 

* En Afrique, on cache les premiers mois de grossesse pour ne pas attirer les mauvais esprits. On n'achète pas de vêtements trop tôt car cela porte malheur.

Il y a aussi beaucoup d'aliments interdits comme l'oeuf pour que bébé ne soit pas "chauve".

Par contre, certaines ethnies africaines recommandent de consommer de l'argile pour faciliter l'accouchement voire de la terre pour donner le goût de la culture de la terre.

 

* En Chine, il faut éviter le thé pendant la grossesse pour éviter des bébés foncés. Mais on conseille de boire du lait à contrario.

* Chez les Oyampis amérindiens de guyane, on déconseille les oeufs car ces derniers sont susceptibles de se transformer dans le ventre.

* Chez les amérindiens de guyane les nduka, les cordelettes données par le chaman sont  à mettre autour du ventre pour protéger le foetus.

* les fruits à peau rugueuse ou tachée pour certains ethnies de Guyane peuvent donner des marques sur la peau.

* Pour les antillais, les envies non satisfaites donnent la marque à l'enfant.

* La femme ndjuka prendra des bains de feuilles pour préparer l'accouchement avec des cérémonies protectrices.

*Chez les bushinngués de Guyane, le père a un rôle crucial durant la grossesse : il veille au confort et protège le plus possible la mère.*

 

A L' ACCOUCHEMENT

 

* Les haitiennes peuvent exprimer bruyamment leur douleur.

* Dans certaines ethnies africaines : l'accouchée ne doit pas exprimer sa douleur.

Le cordon ombilical pourra être entérré, conservé ou brulé

* En france, le placenta était enterré près de la maison. cette tradition persiste beaucoup aujourd'hui dans certaines sociétés.